port du nord 3a.jpg
peinture4.jpg
schoenenbourg marge2.jpg
fuite en gypte.jpg


 

Il y a près de trente ans, le terme même d’enluminure était pratiquement inconnu du grand public.

Les ouvrages en langue française consacrés à cet art étaient rares. Seuls les livres traitant d’histoire ou de spiritualité occidentale publiaient quelques reproductions de page enluminées.

Quant aux manuscrits originaux, conservés à l’abri des fonds anciens, ils sommeillaient dans l’attente et l’espoir d’un  hypothétique réveil.

C’est à cette époque que nous avons entamé cette aventure qui nous mena de recherches en recherches vers ce monde méconnu de la peinture médiévale.


En admirant les manuscrits anciens, et particulièrement la palette des couleurs utilisées,

Il nous est très vite apparu que bon nombre d’entre elles étaient tombées dans l’oubli.

La fraîcheur, l’éclat et la profondeur des teintes observées ne pouvaient que nous inciter à percer le mystère de leur origine et de leur fabrication.


L’étude des manuscrits techniques, depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, nous a permis d’exhumer des textes anciens les modes de fabrication des couleurs en cours au Moyen Age.

Les recettes consignées, souvent incomplètes et peu précises quant aux unités de mesure et de temps, semblaient nous lancer un défit : retrouver et réunir tous ces produits tombés dans l’oubli.

Vitriol, sandragon, safran, cinabre, myrrhe, vert au sel, lapis lazuli, orpiment….

Entre cornues, éprouvettes, bocaux multicolores, mortiers et alambic  un long voyage commençait.

Après plusieurs années d’expérimentation, les protocoles chimiques furent maitrisés et

un nuancier de 163 couleurs vit le jour.



- L’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT/CNRS) nous sollicite alors pour animer des conférences au cours desquelles nous exposons et confrontons les fruits de nos recherches.


- De son côté, l’Institut National du Patrimoine

(Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Hautes études, Sorbonne, Arts et métiers)

nous confie la formation technique en enluminure des étudiants restaurateurs (diplômés d'État)

section "arts graphiques et livre".


- Le ministère de l’Éducation Nationale, via COET et le jury des ”Meilleurs Ouvriers de France"

(enluminure) nous a demandé d'assumer la fonction de"Président de Classe" (du jury)

pour le 1er concours concernant cette discipline - (25ème concours général - 2013/2015).



Parallèlement  au travail de laboratoire, nous poursuivons la démarche artistique ainsi que celle consacrée aux recherches symboliques.


Créations, reproductions, fac-similé main. Chaque œuvre,  depuis sa construction jusqu’aux choix des couleurs, répond aux exigences symboliques et techniques de l’époque.

Le voyage dans le temps se poursuit et c’est tout naturellement que, vingt années plus tard, une nouvelle recherche s’impose à nous.

Le feu se rallume, l’alambic reprend vie…

Cuisson des huiles, élaboration des siccatifs et des vernis, études des maîtres flamands et italiens….

La peinture à l’huile, depuis ses prémices jusqu'au  XVIIIème siècle nous livre ses secrets.


* * *

* *

*

Conférences, expositions, publications et animations de stages d'enluminures et de peintures à l'huile assurent depuis plus de quinze ans la transmission de ce savoir hérité des anciens, fruit de la recherche et de l’expérimentation.

 


 

 
 
 
Powered by Phoca Gallery